L’écrivain (Texte)

Voici un court texte sur le dilemme de l’aspirant écrivain, sa profession de foi et sa « tragédie ».

Bonne lecture, et bonne écriture.

                                  L'écrivain
  
Voilà trois ans que je sacrifie tout pour écrire et subsister, puisqu’il faut  bien vivre sinon subsister pour écrire.
Trois ans, que me reste-t-il aujourd’hui ?
Un ordinateur dont les touches se déboitent.
Des lettre de refus. Des manuscrits entassés.
Des sauvegardes de fichiers.
La menace de factures à payer.
  
Pourquoi est-ce que j’écris ?
J’écris, car la liberté m’importe. 
Car la liberté, commence par la vérité.
Et que la feuille blanche, est le miroir honnête,
Le miroir honnête de vos pensées,
Le miroir sincère de qui vous êtes, et le monde avec.
  
Je ne demande pas à écrire pour ne pas travailler. 
J’aimerais travailler, en fait, j’ai essayé. 
Mais je n’étais pas d’accord du sens, dans lequel on me faisait travailler.
Dans lequel, on m’employait.
Je n’ai pas trouvé juste, que d’autres me dictent qui j’étais, et le monde avec. 

J’ai fait du mieux que j’ai pu, je crois.  
J’ai écrit bien sûr, lu, beaucoup.
Puis, j’ai porté mes manuscrits.
Aux éditeurs, aux écrivains, aux libraires.
Combien de refus, combien de portes fermées,
Combien de mépris même, si vous insistez !
Vous n’être rien, et quand vous n’êtes rien, 
L’autre est tout. 

Aujourd’hui, je  vais bien devoir retravailler, car il faut bien subsister.
Mettre de côté l’écriture, qui je suis, et le monde avec.
Mais au fond de moi, je sais qu'elle est là.
Elle rode, comme un requin,
Me dévore,
Et dévore le monde,
Comme un requin.
  
Mais.
Désormais je sais.
Que je l’ai apprivoisée, et qu’importe quand.
Je sais.
Qu’un jour, elle jaillira,
Moi, qui je suis, et le monde avec. 

Ce texte a eu l’honneur d’être lu et commenté par l’expert en rhétorique Victor Ferry.

Pour visionner la vidéo et découvrir sa chaine c’est ici :

Laisser un commentaire